Bonnard

Bonnard

Collection : 
Date de parution : 
25/01/2006
Format :
142 x 210 mm
96 pages
Code EAN : 
9782754100878
19.30 €
- Jean Clair s'interroge sur le sentiment de l'intimité du corps qu'exalte la peinture de Bonnard et sur la longévité créactrice de ce dernier.

Né en 1867, disparu en 1947, Bonnard avait à peine moins de trois ans que Toulouse-Lautrec et deux ans de plus que Henri Matisse. Contemporain de l’impressionnisme, mais aussi du fauvisme et du cubisme, il paraît, aujourd’hui encore, difficile à situer dans la brève histoire de la modernité en art : demeura-t-il attaché au XIXème siècle ou bien fut-il l'un des acteurs du renouvellement esthétique du XXème siècle ? La réponse à la question oriente la lecture que l’on peut faire de son œuvre. Fut-il proche de Monet et de Renoir, ou le fut-il au contraire de Munch, ou par exemple, de Giacometti ? C’est cette seconde lignée, paradoxale, que défend l’essai. Déjà, en 1984, l'exposition du Centre Pompidou , Bonnard , les dernières années, organisée par Jean Clair, révélait au public, que dans les années trente, Bonnard avait atteint un sommet de son art qui, loin des images convenues de peinture du bonheur intimiste, de la vie bourgeoise et des menus plaisirs du jour, était une peinture mêlant l’angoisse de certains autoportraits à la sensualité sans égale ailleurs des nus, et à un sentiment tragique de la vie qui éclatait dans une maîtrise chromatique stupéfiante. Une peinture savante et déchirée, somptueuse et panique à la fois, classait son auteur parmi les plus grands peintres du demi siècle. En 1932, il parlerait de la peinture comme d’une passion périmée, peu de temps avant que Giacometti, qui l’admirait, ne vint à dire : « La peinture, la peinture, c’est fini ». En une époque où la peinture semble avoir disparu en effet, il importe de revenir sur la leçon éblouissante de ce grand génie solitaire.