L'Affiche au temps de l'Art nouveau

L'Affiche au temps de l'Art nouveau

Collection : 
Date de parution : 
30/09/2015
Format :
268 x 317 mm
304 pages
Code EAN : 
9782754107716
35.00 €
Cet ouvrage offre un panorama inédit de l’affiche dans le monde entier, des années 1880 à la guerre de 1914, à l’heure où la rue devient un musée de peinture.
La reconnaissance de l’affiche fut l’un des combats de l’Art Nouveau, ce mouvement européen qui proclame la sortie de l’historicisme en matière de décoration, et tente d’abolir la hiérarchie traditionnelle entre arts mineurs et arts majeurs. Une iconographie exceptionnelle de près de 470 affiches. Un texte vivant et accessible. Une réflexion sur la place de l’image dans la société de l’information et de la consommation modernes. Par l’auteur de L’Encyclopédie de l’affiche, livre de référence incontournable.  
En trente ans, des années 1880 à la guerre de 1914, l’affiche a révolutionné l’art, elle a aussi révolutionné la ville en s’y répandant, au mépris des interdictions de toutes sortes. La rue est devenue un musée de peinture, résume Lautrec, et de peinture moderne. Car l’affiche, plus mobile que le tableau, en forme aussi l’antithèse. Son esthétique du choc exige des effets de surfaces, affectionne les couleurs saturées et raffole de la ligne explosive : c’est le fameux coup de fouet qu’un Chéret, en tous sens, fait claquer dans le ciel de ses images publicitaires. À la suite de ce génie un peu oublié, Grasset, Mucha et Lautrec donnent au médium ses lettres de noblesse, au sens vrai. La reconnaissance de l’affiche fut ainsi l’un des combats de l’Art Nouveau, ce mouvement européen, pétri de sources et d’élégance japonaises, mouvement qui proclame la sortie de l’historicisme en matière de décoration, et tente d’abolir la hiérarchie traditionnelle entre arts mineurs et arts majeurs. S’intéresser à l’affiche, c’est donc aussi se pencher sur les expositions où elle prouva et trouva sa légitimité. En rassemblant et analysant près de 470 affiches, la somme d’Alain Weill ne perd jamais de vue l’époque où elles surgirent et la singularité de chaque foyer de production. L’auteur, de plus, se place au plus près des artistes – en ne dédaignant pas l’anecdote –, des quartiers où se retrouve les cercles artistiques, et des imprimeurs et collectionneurs qui contribuèrent activement au développement de l’affiche. Grâce à une fine analyse du style et des techniques utilisées, dans une langue à la fois simple, colorée et érudite, l’auteur raconte la naissance de l’Art nouveau et décrit son vocabulaire esthétique. On redécouvre également, à une plus large échelle, les grandes expositions universelles qui marquent ce moment. Aucune des images qui ont marqué l’imaginaire collectif ne manque à l’appel : Le Chat noir de Steinlen, le papier à cigarettes Job de Mucha, les Folies-Bergère de Jules Chéret, La Goulue de Toulouse-Lautrec. Du vélo au champagne, des théâtres à l’affiche elle-même, tout s’affiche et mord sur le public de la société des loisirs qui s’éveille avec elle. Le phénomène qu’Alain Weill décrit de façon vivante s’étend à l’Europe entière, voire au nouveau Monde, jusqu’au Japon qui, étrange retour des choses, fut touché par cette vogue qu’il avait inspirée…  Prix du Deutsches Plakat Museum 2015.