L'apostrophe muette - Essai sur les portraits du Fayoum

Caractéristiques

Date de parution : 28/03/2012
Prix TTC : 13,00 €
Nombre de pages : 175 pages
Nombre d'illustrations : 100
Code EAN : 9782754106283
Dimension : 135x200 mm
Code article : 3810918

L'apostrophe muette - Essai sur les portraits du Fayoum

Jean-Christophe Bailly
Collection : Bibliothèque Hazan
 Recommander

Jean-Christophe Bailly
Jean-Christophe Bailly, écrivain, est né en 1949 à Paris. Il a publié de nombreux livres et est aussi dramaturge. Il a longtemps travaillé dans l’édition et il enseigne aujourd’hui l’histoire du paysage à l’Ecole nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois. L’apostrophe muette, son essai sur les portraits du Fayoum (Hazan,1997) a été traduit en ...

Présentation de l'ouvrage


- Cet admirable essai de Jean-Christophe Bailly se présente comme une tentative d’interprétation des portraits du Fayoum au regard de la confluence dont ils sont l’unique témoignage : si ceux-ci émanent bien d’un type de figuration réaliste et mimétique, s’ils appartiennent comme tels à la formation d’un statut de l’image en Occident, l’incorporation de ces portraits dans des sarcophages les situe également dans la filiation des rites funéraires égyptiens.  Cette confluence interroge la relation fondatrice du portrait à la mort et permet à Jean-Christophe Bailly de sonder les liens féconds attachant le figurable et le périssable. Ainsi, c’est à la fois la spécificité de ces portraits et leur situation dans l’ensemble de l’art et de la pensée antique qui sont explorées dans cet ouvrage, en relation étroite avec le monde composite de l’Égypte romaine.   Si l’érudition dont Jean-Christophe Bailly fait preuve est impressionnante, cet ouvrage est beaucoup plus qu’une simple approche scientifique. Est-il possible de ne pas prendre en considération que ces portraits étaient incorporés dans des sarcophages ? Qu’ils entretiennent un rapport étroit et presque intime avec la mort ? Qu’ils furent peints, du vivant de leur modèle, pour les accompagner dans l’au-delà ?

Du même auteur