New York 1945-1965, art vie et culture

New York 1945-1965, art vie et culture

Collection : 
Date de parution : 
22/10/2014
Format :
173 x 245 mm
400 pages
Code EAN : 
9782754107778
35.00 €
- Histoire complète et très illustrée de l’émergence de New York comme capitale culturelle mondiale après la Seconde Guerre mondiale, racontée avec brio par trois spécialistes réputés dans leurs domaines respectifs : Annie Cohen-Solal (arts plastiques), Paul Goldberger (architecture et design) et Robert Gottlieb (arts du spectacle).

Comment New York a émergé après la guerre en tant que capitale du monde dans tous les secteurs de la création - arts, architecture, design, musique, théâtre et danse. Les années entre 1945 et 1965 sont une période d’échanges fructueux et intenses entre poètes et critiques, artistes et marchands d’art, musiciens, danseurs et chorégraphes, architectes et designers. Annie Cohen-Solal, a signé de nombreux best-sellers, dont une biographie de Jean-Paul Sartre et une du marchand d’art Leo Castelli qui fait revivre la fermentation artistique de cette époque : les légendaires galeries, les critiques et les collectionneurs influents, et les artistes eux-mêmes, depuis les expressionnistes abstraits Pollock, Rothko et De Kooning jusqu’à Johns, Rauschenberg et Warhol. Paul Goldberger, ancien critique d’architecture pour le New York Times et le New Yorker, nous guide à travers les chefs-d’œuvre modernistes qui renouvellent le paysage new-yorkais: la Lever House de Gordon Bunshaft, le Seagram Building de Mies van der Rohe, le siège des Nations Unies de Le Corbusier et Wallace Harrison, le restaurant Four Seasons de Philip Johnson et son pavillon de l’État de New York à l’Exposition universelle de 1964, le Guggenheim Museum de Frank Lloyd Wright, le Terminal TWA d’Eero Saarinen à l’aéroport d’Idlewild, et, naturellement, le Lincoln Center – la réponse de New York aux grandes plazzas du monde. Il nous conduit aussi dans les magasins, bureaux et appartements raffinés de l’époque, évoque le mobilier dessiné par les icônes du modernisme, de Charles et Ray Eames à Florence Knoll et George Nelson, et il nous présente les réalisations des grands publicitaires de l’époque, celles que l’on voit dans la série télévisée Mad Men. Il conclut le chapitre en retraçant la bataille philosophique qui s’est jouée entre les urbanistes qui souhaitaient tout raser pour reconstruire à neuf (le camp de Robert Moses) et les partisans de la préservation du patrimoine et de l’authenticité des vieux quartiers (le camp de Jane Jacobs). Robert Gottlieb, ancien rédacteur en chef du New Yorker et membre du conseil d’administration du New York City Ballet, aujourd’hui critique de danse pour New York Observer, nous invite au théâtre, à Broadway et off Broadway, pour nous faire revivre la grande époque de la comédie musicale, du Carousel au Roi et moi, de My Fair Lady à West Side Story, ainsi que les pièces intenses de Williams, Albee et Miller, et les productions très novatrices de Shakespeare in the Park de Joseph Papp. Il nous entraîne dans les clubs de jazz de Harlem et de la 52e Rue pour rencontrer Miles Davis, Charlie Parker, Billie Holiday et Dizzy Gillespie; sur les scènes de l’univers de la danse, où George Balanchine et le New York City Ballet ont révolutionné le ballet et où Martha Graham, Merce Cunningham, José Limón, Paul Taylor et Alwin Nikolais enthousiasmaient le public avec cette nouveauté américaine qu’a été la danse moderne. Il nous accompagne enfin dans les cabarets et night-clubs légendaires – le Blue Angel et le Café Society Downtown, le Latin Quarter et Copacabana – où des vedettes aussi diverses que Pearl Bailey, Barbra Streisand, Mike Nichols et Elaine May, Harry Belafonte, Carol Burnett et Woody Allen ont fait leurs débuts. Et quand les expositions d’art, les pièces de théâtre, les revues et les spectacles de danse ont baissé le rideau, Mr. Gottlieb nous invite à finir la soirée au Stork Club ou au El Morocco. Richement illustré de centaines de tableaux, dessins, photographies, plans, affiches et autres documents de l’époque, New York Mid-Century est une évocation stimulante d’une période remarquablement féconde dans l’histoire de la ville. Le style et l’esthétique de cette époque connaissent d’ailleurs actuellement un grand renouveau.